cystite.biz

infos santé

Home » Quels sont les symptômes de la cystite interstitielle ?

Quels sont les symptômes de la cystite interstitielle ?

 

La cystite interstitielle se produit par l’envie permanente d’uriner, jour et nuit même après une miction. La personne n’émet pourtant que quelques gouttes d’urine. La miction devient une urgence. La personne souffre de spasme dans la région abdominale et le bas-ventre. La souffrance peut être insupportable, intermittente, constante et peut atteindre le vagin, le rectum, le haut des cuisses, le bas du dos et l’urètre. La miction apaise partiellement ou intégralement la souffrance. La crise peut être entrecoupée d’accalmie. La personne a encore plus mal lors des relations sexuelles ou après. Chez l’homme, il ressent une sensibilité au niveau du scrotum et du pénis. La cystite interstitielle est chronique. Elle touche principalement les femmes dès l’âge de 18 ans. Le diagnostic se manifeste 4 à 7,5 ans après le début de la maladie. La pathologie se confond avec d’autres maladies dont la vessie hyperactive, la maladie de rein, l’endométriose ou l’infection urinaire.

Qu’est ce qui provoque la cystite interstitielle ?

La raison de l’apparition de cette pathologie n’est pas déterminée. Généralement spontanée, la cause peut provenir d’une grave infection de la vessie, suite à un accouchement ou une intervention chirurgicale. C’est une maladie multifactorielle qui provient d’une réaction auto-immune ou allergique ou encore d’un problème neurologique. L’hypersensibilité des nerfs de la vessie déclenche la douleur suite au dysfonctionnement du système nerveux. La paroi de la vessie est altérée engendrant son irritation par l’urine suivie d’une brûlure et d’une inflammation. La cystite interstitielle peut apparaître et disparaître facilement. La rémission peut durer des mois et la personne a encore plus envie d’uriner et sa souffrance s’accentue. Si la cystite s’aggrave, le sujet peut avoir envie d’uriner jusqu’à 60 fois par jour. Sa vie sociale et personnelle est affectée la conduisant à la frustration, au découragement, à la dépression voire au suicide.

Quels sont les soins traitements à suivre pour traiter la cystite interstitielle ?

Le pentonsan sodique soulage la douleur causée par la cystite interstitielle. Il protège la paroi de la vessie des composants irritant de l’urine. Ce médicament produit ses effets au bout de 3, 6 à 12 mois. Il est proscrit chez la femme enceinte. L’immunodépresseur cyclosporine diminue les signes de la cystite interstitielle. Les anti-inflammatoires non stéroïdiens et les analgésiques sont aussi en lice. Comme antidouleur, le médecin prescrit des analgésiques opiacés, des relaxants musculaires et des antispasmodiques. Si la cystite est due à une réaction allergique, la cimétidine est un antihistaminique efficace. L’anticonvulsivant gabapentine est destiné à traiter la pathologie chronique comme la cystite interstitielle. Il agit lentement pour faire disparaître la douleur. Certains antidépresseurs possèdent des propriétés analgésiques permettant d’amenuiser la souffrance du malade comme l’amitriptyline et les analgésiques inhibitreurs de la sérotonine. L’hydrodistension et l’instillation d’un liquide physiologique, d’une solution stérile ou de médicaments permet de gonfler la vessie et d’apaiser la brûlure. Le médicament administré est le diméthyle sulfoxide, conservé durant 15 à 60 minutes avant d’uriner. Son instillation a lieu toutes les 6 semaines. L’héparine est administré chaque semaine pour renforcer la paroi de la vessie. L’instillation ne présente pas d’effets secondaires. L’usage du cathéter peut être douloureux mais cette douleur peut être soulagée par un gel analgésique de lidocaïne. Bannir certains aliments peut suffire pour faire disparaître la cystite interstitielle sachant que les douleurs apparaissent 2 à 4h après la consommation de tel ou tel aliment. Le sujet doit éviter l’alcool, la caféine, les jus et aliments acides, les plats épicés et les piments. Il ne doit pas consommer de noix, de fruits et légumes comme la banane, la rhubarbe, les grumes, l’ananas, les haricots et les fèves. Le tofu, les poissons et viandes fumés sont à proscrire. La sauce soja, la moutarde, le vinaigre, les additifs alimentaires, les conservateurs et les édulcorants sont aussi déconseillés.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Anti-Spam Quiz: